L’automatisation dans le Merchandising

La France pourrait bien accuser un véritable retard technologique sur les nouvelles formes de consommation, si les industriels et distributeurs ne s’équipent pas de solutions logicielles performantes, s’intégrant parfaitement à leurs processus métiers et leur environnement informatique. Pour rester compétitives, les entreprises - dans une approche d’optimisation commerciale et de rapide retour sur investissement (ROI) - doivent désormais tenir compte des innovations technologiques leur permettant de travailler mieux et plus vite, avec une vue globale sur la chaine Merchandising.

Basé sur des indicateurs de performance métier, le Merchandising permet de proposer fréquemment et localement le placement des bons produits au bon moment, pour répondre à des objectifs d’amélioration du panier moyen, du chiffre d’affaires, de la rentabilité, en baissant les ruptures de stock et en optimisant le réapprovisionnement. Il a également pour but d’attirer une clientele toujours plus large, de fidéliser la clientèle existante pour créer de la valeur pour la marque.

Les solutions permettent désormais d’aider les départements Merchandising à automatiser la réalisation et la diffusion de planogrammes en masse ou de façon spécifique pour les magasins, en tenant compte de leur taille, leur mobilier ou des habitudes de consommation locales. Il est raisonnable dans la majorité des cas d’automatiser les processus merchandising par défaut et d’agir ensuite manuellement de façon ponctuelle (exemples : produits en têtes de gondole, produits associés en rupture de stock, particularités locales…).

Ces outils d’aide à la décision merchandising, ne peuvent ni ne doivent se substituer à l’expérience des hommes, mais participent à la productivité, à la compétitivité et sont surtout un facteur décisif d’amélioration des performances commerciales. Ils doivent ainsi permettre automatiquement, par exemple, d’analyser et de traiter stratégiquement les données, de gérer les assortiments et éditer les recommandations sous la forme de planogrammes et de plans magasins.

Facilement, les réseaux peuvent alors appliquer localement les préconisations d’implantations centrales pour augmenter leur rentabilité et gagner des parts de marché. La démarche commerciale globale est ainsi optimisée.